Blackstaff l'exilé

Aller en bas

Blackstaff l'exilé

Message par Blackstaff le Mar 18 Mar - 22:29

Dans la pénombre du palais elfique, la lumière du feu de cheminée éclairait la pièce d'une étrange teinte orangée. Le haut seigneur Anthuil de la maison Vandealys tapotait sans rythme le dessus de son bureau avec le bout de ses doigts si fins. Dans son fauteuil à large dossier, il aurait pu être confortablement installé s'il n'était pas si tendu. Ses longs cheveux auburn descendaient en mèches désordonnées sur ses frêles épaules et il n'en avait cure, lui qui soignait pourtant d'ordinaire chaque détail de son apparence. Sa veste était comme d'habitude d'un blanc immaculé, avec des broderies d'or fin, serties de joyaux inestimables. La chaîne d'or blanc qui reposait sur sa svelte poitrine était à l'unisson de la tiare ornée de rubis qui ornait son front légèrement dégarni. Mais ce petit détail gâchait tout et il ne s'en rendait même pas compte. C'était probablement ça le plus étonnant. Lui d'ordinaire imperturbable avait l'air visiblement courroucé et son épouse s'en inquiétait beaucoup. Plusieurs années s'étaient écoulées sans que quoi que ce soit ne puisse venir fissurer ce masque de sérénité qu'il avait su se forger dans les arcanes les plus exigeantes de la politique des Bien-Nés. Dame Layessae se décida à rompre cette profonde réflexion qui menaçait de se transformer en une terrible rage. « Qu'avez-vous décidé, mon époux ? demanda-t-elle sur un ton faussement détaché.
- Tout est déjà réglé ma chère, répondit-il d'une voix dure et cassante qu'elle ne lui connaissait pas.
- Vraiment ?
- Cet impudent Bosmer qui a osé demander la main de ma fille sera envoyé dès demain sur la frontière des marais noirs, continua-t-il sans relever sa question. La reine me l'a assuré, il y trouvera une mort rapide. Et ce sera la fin de sa lignée perdue.
- Hum fit-elle se relever le ton cassant de son époux. La tribu du bâton noir est une très ancienne lignée. Ils fabriquaient autrefois de redoutables sceptres sorciers à l'aide du bois d'ébène qui poussait chez eux et qui donna son nom à leur clan. Cellendhyl est certes le dernier Bâton Noir mais il reste d'une grande lignée.
- Mais ce n'est qu'un Bosmer ! Un sauvage, l'interrompit brutalement le seigneur Anthuil. Ses ancêtres aurait-ils été empereurs que ça n'y changerait rien ! Ce Cellendhyl du Bâton Noir, ce Blackstaff comme on prononce dans son langage d'arriéré, n'est pas un Haut elfe !

Une bûche s'effondra dans l'âtre. Le feu mourrait peu à peu et la température diminuait rapidement à mesure que la nuit avançait. Le seigneur Anthuil fit un geste négligent de la main et les flammes se ravivèrent, plus fortes que jamais. Il n'avait apparemment rien perdu de son pouvoir et dame Layessae espérait sincèrement qu'il aurait la force de tenir bon, de lutter pour le triomphe de sa maison.

- Il est difficile de réfuter cela mon époux, murmura-t-elle. Mais la cruauté dont nous avons fait preuve pourrait jouer en notre défaveur, à terme.
- Peuh ! Ricanan Anthuil. La cruauté est la marque de la noblesse. Ce Blackstaff aura finalement servi d'exemple et tous sauront qu'il ne fait pas bon courrouçer la maison Vandealys, conclut-il. »

Il n'y avait rien à ajouter. La maison Vandealys ne pouvait se permettre un tel scandale alors que son seigneur accédait enfin aux Thalmor. Qui aurait pu penser que ce petit prétentieux de Boswer allait s'imaginer pouvoir épouser la noble fille d'un puissant maître de maison Altmer ? Mais qu'Anthuil ai ressenti la nécessité de préciser que cet elfe allait mourir pour avoir déshonoré sa maison reflétait bien le désarroi qui s'était emparé de lui. Que sa fille ai ricané quand ce jeune rôdeur avait osé s'introduire jusqu'à l'intérieur du palais pour lui proposer de s'enfuir ensemble n'avait pas suffit à le réconforter. Il était troublé, elle le voyait bien. Tout en lui reflétait cet émoi intense qui l'habitait à présent. Il serrait les accoudoirs de son fauteuil et les articulations de ses doigts si fins blanchissaient à vue d'oeil sous la pression qu'il leur infligeait délibérément. Dame Layessae était inquiète pour le sort de sa fille. « Que deviendra Syelhynn ? demanda-t-elle d'une voix où l'inquiétude perçait nettement, cette fois.
- Elle se mariera. Le plus vite sera le mieux. Nous devons dès à présent chercher un parti convenable. »

Elle hoche sèchement la tête et rebroussa chemin vers le gynécée. Le sort de ce maudit Bosmer était à présent scellé. Il lui restait à sauver celui de sa fille unique. En refermant derrière elle les portes du bureau de son époux, elle aperçut le seigneur Anthuil qui, s'étant levé, se servait un verre de vin khajit. Il ne buvait jamais, d'ordinaire. Il devenait faible. Dame Layessae sentit un terrible pressentiment étreindre son cœur mais elle n'en dit rien et poursuivit son chemin, relevant la tête comme il sied à une authentique Altmer de noble lignage.
avatar
Blackstaff

Messages : 7
Date d'inscription : 13/03/2014

Fiche de personnage
Niveaux:
1/50  (1/50)
Race: Elfe des bois
Classe: Lame Noire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Blackstaff l'exilé

Message par Volkar le Mer 19 Mar - 8:31

Très bon texte Rp, avec une écriture de l'histoire ainsi qu'une très bonne immersion bien joué a toi.

_________________


" A vaincre sans péril on triomphe sans gloire"
avatar
Volkar
Admin

Messages : 261
Date d'inscription : 07/10/2013
Localisation : La jument pavoisé, Blancherive

Fiche de personnage
Niveaux:
50/50  (50/50)
Race: Nordique
Classe: Chevalier Dragon

Voir le profil de l'utilisateur http://confreriesombrecoeur.2morpg.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Blackstaff l'exilé

Message par Blackstaff le Jeu 20 Mar - 18:46

Ja'Kun renifla avec mépris. Ce Bosmer qu'on lui avait ordonné d'accompagner ne semblait pas vraiment s'y retrouver dans ces marais puants. Lui, un fier guerrier Khajit, patauger dans la vase et maculer de fange son précieux tabard ? Il enrageait d'y être obligé mais refusait d'en montrer quoi que ce soit et il ne rêvait plus que de raccourcir d'une tête ce petit elfe trop agile. Sautant de tertre mousseux en racine proéminente, l'elfe déambulait dans cette mangrove sans jamais tomber à l'eau. Il y consacrait de gros efforts et se fatiguait visiblement plus vite que Ja'Kun, qui malgré toute sa répulsion pour ce milieu hostile, s'efforçait de n'en rien montrer, comme il sied à un véritable guerrier. Il fit rentrer ses griffes, presque à regret. « Bon alors, où sont-elles ces sangsues géantes qu'il nous faut ramener ? Tu t'es perdu, hein ? Dis-le bougre d'elfe incapable ! Avoue-le donc et rentrons ! Ne perdons plus notre temps pour rien ! »

Ja'Kun ponctua son énième provocation par un feulement des plus agressifs. Cette fois, le Bosmer devrait tenir compte du fait que son compagnon de route était à bout de patience et que rester une heure de plus à patauger dans cette fange malodorante provoquerait à coup sûr une rixe sanglante entre eux deux. Ja'Kun était certain de le terrasser rapidement et il se réconfortait lui-même en s'imaginant éventrant le petit Bosmer, lui arrachant le visage à coups de griffe, lui lacérant le corps avant d'inventer une histoire de prédateur qu'aucun d'eux n'aurait senti arriver. Vu la sale réputation de son compagnon au camp, personne ne chercherait plus loin. D'après ce qu'il avait pu en apprendre sur le sujet, ce Bosmer avait irrité quelque de très haut placé dans le Domaine et il avait été expédié là sans espoir de retour. Alors que les soldats ne passaient guère plus de trois mois en garnison dans le coin, juste le temps de s'aguerrir au combat dans les marais tous proches, lui était là depuis presque cinq ans... On l'envoyait systématiquement sur les missions les plus dangereuses mais il s'en sortait toujours, contrairement à la plupart de ceux qui l'accompagnaient. Il fallait être idiot pour ne pas comprendre qu'il envoyait certainement ses compagnons de route à la mort tout en restant caché le temps que ça se termine. Oui, c'était certainement un lâche de la pire espèce. Mais Ja'Kun se savait d'une autre trempe. Il ne l'aurait pas si facilement lui. Personne ne pourrait l'avoir car il était beaucoup plus fort et beaucoup plus malin que tous les autres. Ja'Kun savait qu'il était le meilleur et il espérait bien le monter au général. Aller chercher des sangsues géantes pour l'apothicaire n'était pas la meilleure façon de briller mais revenir d'une expédition avec ce satané Bosmer par contre... Et puis avec un peu de chance, ils...

Ja'Kun fut brutalement coupé dans ses réflexions lorsque l'elfe sauta au sol près de lui et l'attira prestement à l'abri d'un bosquet plus dru que les autres. « Reste à couvert petit, il sont trop nombreux. » A vingt mètres à peine, une patrouille de six argoniens venait de sortir de la brume.
« - Attaquons-les maint... commença Ja'Kun qui sentait son excitation monter en voyant l'ennemi pour le première fois.
- C'est nous qui sommes sur leurs terres. Ils ne nous ont pas provoqué et nous ne sommes pas en guerre avec eux. Nous n'avons aucune raison de les attaquer.
- Mais ces sales bêtes ne méritent que ça ! Il faut...
- Rien du tout ! Trancha l'elfe sans hausser la voix plus haut qu'un murmure. Je ne peux pas à la fois te surveiller et me battre, tout en préservant notre récolte.
- Récolte ? Ja'Kun était interloqué. Quelle récolte ? Nous n'avons encore trouvé aucune sangsue, bougre d'incapable ! »

L'autre lui fit signe de faire moins de bruit et pour une fois, Ja'Kun décida de suivre la consigne. Puis l'Elfe sourit d'un air carnassier en désignant le dos et surtout les jambes du Khajit. Une demi-douzaine de sangsues de plus de trente centimètres de long chacune s'étaient collées à lui. Obèses et violacées, elles avaient déjà commencé à lui pomper le sang. Ja'Kun avait attribué à sa fantastique capacité d'adaptation le fait de moins ressentir le froid humide des marais mais il devait à présent admettre que c'était en fait l'action du venin paralysant de ces sales bestioles qui avait commencé à agir sur son organisme. Il voulut se jeter à la gorge du Bosmer mais celui-ci le repoussa sans effort. Ja'Kun se sentait de plus en plus faible. « Normalement, j'attends que l'imbécile qu'on me donne tombe dans les pommes avant de rentrer. C'est le signe que les sangsues sont assez grosses et nombreuses pour que l'apothicaire puisse fabriquer ses remèdes. Mais nous sommes pressés alors... » L'Elfe aida Ja'Kun à se relever et l'entraîna loin des Argoniens, dans la direction du camp.
« - Je vais mourir ? L'angoisse perçait désormais dans la voix de Ja'Kun, bien obligé de se laisser porter à mesure que ses forces le trahissaient.
- Non, tu ne mourras pas. »

Le ton convaincu de l'Elfe faisait chaud au cœur du Khajit qui se sentait de plus en plus mal et devait à présent accepter l'aide de son compagnon pour marcher. Il n'avait été qu'un appât. Lui, le jeune guerrier farouche qui ne rêvait que de gloire et de carnage devait admettre que pour les vétérans, il ne valait rien et ne servait pas à grand chose. Quelle déception ! Quelle remise en cause de toutes ses illusions ! Ja'Kun se sentait brisé à l'intérieur et ça lui faisait mal. Il haïssait l'Elfe pour ça et il n'aurait de cesse de le faire payer. Un jour... En attendant, il se laissait entraîner tout en tâchant de ne pas sombrer dans l'inconscience. Peine perdue. Au bout de quelques centaines de mètres, un voile noir s'abattit devant ses yeux.
avatar
Blackstaff

Messages : 7
Date d'inscription : 13/03/2014

Fiche de personnage
Niveaux:
1/50  (1/50)
Race: Elfe des bois
Classe: Lame Noire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Blackstaff l'exilé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum